J’ai adopté le lombricomposteur City Worms

Début février, j’ai adopté le lombricomposteur City Worms chez moi. Et oui un pas de plus vers une démarche écoresponsable.

Je vous avoue avoir par contre longuement hésité car j’ai déjà un compost dans le jardin. Je craignais vraiment que ça fasse doublon. Finalement comme mon compost se remplit super vite et qu’il se trouve en extérieur, je trouvais qu’un lombricomposteur d’intérieur était une bonne idée.

Je vais donc vous en dire un peu plus sur cette aventure que je vis avec ce lombricomposteur depuis plus d’un mois et demi.

 

 

Pourquoi un lombricomposteur ?

Ca fait des années que les lombricomposteurs me tentent. Leur intérêt c’est bien évidemment de composter toutes les matières organiques dans un petit espace clos. J’ai longtemps hésité et puis je me suis heurtée aussi aux réticences de mon homme. Bref j’avais laissé tomber.

Les mois, voire même années sont passées, et la question du lombricomposteur est revenu sur le tapis. Voyant que mon compost avait du mal à ingérer toutes les matières organiques que nous avions, et oui avec le potager et le jardin ça fait pas mal de choses à couper. Du coup je me suis dit que c’était vraiment le moment de sauter le pas et d’aller contre nos préjugés. Et non un lombricomposteur ça ne sent pas. Et non un lombricomposteur ce n’est pas sale, pas plus qu’une poubelle.

 

Les étapes de l’installation de mon lombricomposteur City Worms

N’allez pas croire qu’installer un lombricomposteur prend trois plombes. C’est plutôt rapide même. C’est sa mise en route qui demande un peu plus de temps (récupération du jus et du compost).

Le montage

La grande aventure a commencé le 4 février. Quand j’ai ouvert le carton de Vers La Terre avec le lombricomposteur dedans, je vous avoue que j’ai un peu pris peur, mais en fait tout est super bien expliqué.

Il y a déjà :

  • la notice d’utilisation rapide écrite sur le carton, qui peut être compostée dès mise en place du compost
  • mais aussi un petit guide d’utilisation, qu’on garde

Et puis même le carton d’envoi peut être composté, c’est quand même pratique.

Au démarrage du lombricomposteur, je vous conseille de prendre la version avec vers fournis, ça sera plus pratique que d’aller en chercher ailleurs. J’ai installé les 2 premiers bacs, sachant que le vert est celui qui récolte le « jus », autrement appelé « thé de compost » et le gris est celui qui récoltera tous nos déchets organiques. Et donc le compost.

J’ai suivi scrupuleusement les instructions indiquées car je n’avais jamais fait ou vu de lombricomposteurs avant. C’est super facile et bien expliqué, pas de souci.

La mise en place

J’ai attendu quelques jours avant de commencer à alimenter le lombricomposteur avec nos épluchures et même mes sachets d’infusion compostables. Il est recommandé de découper finement les épluchures, mais je vous avoue ne pas l’avoir fait.

Et puis au fur et à mesure, je découpe également le carton de livraison du lombricomposteur City Worms.

Les premiers résultats

Les premiers résultats ont commencé en mars. Le 11 mars, j’ai installé le deuxième plateau et le 18 mars j’ai extrait les premiers jus.

Le deuxième plateau d’installe 4 à 7 semaines après le lancement du lombricomposteur et le 3ème 2 à 3 mois après. Ca dépend de la quantité de matières qu’on met dedans bien évidement. Moi étant donné que je fais moitié/moitié avec le compost, même si nous sommes 4 à la maison, forcément ça ne va pas aussi vite que si je mettais tout d’un coup dedans.

Pour les jus, il faut faire très attention à bien le diluer 10 fois. Là j’avais un petit fond de bouteille. C’est donc une de mes plantes intérieures qui en a bénéficié. Je ferai tourner. Pour le jus d’ailleurs on a le choix de le laisser couler grâce au petit robinet qui est en dessous, ou le récolter de temps en temps. Perso je préfère le faire de temps en temps, car je n’ai ni confiance aux enfants ni aux chats. Un accident est si vite arrivé. Du coup le fait qu’il y ait un robinet c’est super pratique.

J’ai hâte de passer à la 3ème étape, qui sera la récolte du compost. Celle-ci se fait environ 3 mois après le lancement du compost, soit début mai pour moi. J’ai hâte car ça sera vraiment l’aboutissement du « travail » réalisé.

 

Et pour résumer ?

Concernant nos craintes du départ, qu’en est-il ? Et bien pour tous vous dire c’était vraiment des idées préconçues, l’odeur, la saleté etc … Pour tout vous dire, le lombricomposteur City Worms est dans mon bureau, juste à côté de moi. Autant vous dire que si ça sentait mauvais, ça serait vite parti …

Bon sa place dans le bureau est temporaire. C’est bien plus pratique dans la cuisine j’avoue. Mais là c’était vraiment pour tester notre résistance olfactive, et ça a marché.

Si vous avez des questions car vous voulez vous lancer également, n’hésitez pas à me laisser un commentaire. Si vous souhaitez en acheter un, je vous invite à aller sur le site de City Worms. En plus ils sont situés dans l’Hérault …

 

Pour recevoir toute l'actu du blog :
Placeholder Placeholder

Je suis débordée

Working mum de Montpellier

11 pensées sur “J’ai adopté le lombricomposteur City Worms

  • 26 mars 2018 à 12 h 48 min
    Permalink

    Parfois, particulièrement en été, des petits moucherons s’échappent des lombricomposteurs.

    On peux les maitriser
    -Avec de l’huile essentiel de lavande ou de citronnelle. A répartir a proximité du lombricomposteur mais pas dedans.
    -En limitant un peu l’humidité en pensant bien a vider régulièrement le jus de compost et en ajoutant un peu de matière seiche dans les déchets orgniques.

    Répondre
  • 18 septembre 2018 à 8 h 55 min
    Permalink

    Bonjour, merci pour cet article, très instructif. Depuis peu, nous cherchons des solutions pour composter nos déchets « verts ». Nous habitons un appartement à Paris. Comme nous n’avons pas de composteurs collectifs à proximité, nous envisageons le lombricomposteur. Une de nos dernières réticences est la montée en température de notre appartement l’été ? Est ce que la chaleur n’entraîne t elle pas des odeurs ou l’apparition de moucherons ? Et comment faites vous lorsque vous vous absentez plusieurs jours ? Votre bilan 6 mois après l’installation m’intéresse. D’avance merci de vos réponses. Émilie

    Répondre
    • 19 septembre 2018 à 10 h 32 min
      Permalink

      Pour les lombricomposteurs, il est recommandé de ne pas avoir plus de 25°C. Sinon les vers ne supportent pas. Pour les moucherons, si le lombricomposteur n’est pas trop humide, il n’y aura pas de moucherons. Le tout est de mettre un peu de carton pour absorber l’humidité. J’ai remarqué aussi que le tapis en coco était super bien pour garder l’humidité nécessaire. Je dois d’ailleurs changer le mien. Quand je m’absente juste une semaine ça passe, sinon je mets des petites granules dans le compost pour leur donner à manger.

      Répondre
  • 6 janvier 2019 à 10 h 48 min
    Permalink

    Bonjour,
    J’ai le même à la maison depuis plusieurs mois, mais les vers ne sont pas très efficaces : mes déchets se décomposent pas et j’ai très très peu de liquide récupéré.
    As-tu une idée de la raison de ce mauvais fonctionnement ?
    Merci d’avance,
    Léa

    Répondre
    • 6 janvier 2019 à 11 h 32 min
      Permalink

      Que leur donnes-tu à manger très exactement ?

      Répondre
  • 7 janvier 2019 à 14 h 36 min
    Permalink

    Bonjour j’ai le même et je voudrais savoir comment intégrer le deuxième plateau ? doit on même les déchets organiques uniquement et les vers vont ils monter les manger ? merci pour votre réponse
    les miens sont très actifs je les bichonne je trouve cet article très bien même si je suis seule

    Répondre
    • 8 janvier 2019 à 7 h 23 min
      Permalink

      Pour le deuxième plateau, on le rajoute sur celui du bas, dès qu’il est plein. C’est grâce aux trous que les vers du bac du bas vont monter. Quand je rajoute ou un bac (ou quand j’en ai vidé un) je remets du carton. Ca absorbe ainsi l’humidité de ce qui sera mis sur le dessus, et puis les vers aiment bien.

      Répondre
  • 7 janvier 2019 à 17 h 18 min
    Permalink

    Bonjour!
    Je suis en train de me documenter pour m’ en acheter 1 aussi. Je suis en appartement sans jardin et ton article m’a convaincue ! On peut le placer sur un balcon ? ou il faut aux vers une température plus « chaude ». Et as tu déjà eu des « fuites » de vers 🙂 ?

    Répondre
    • 8 janvier 2019 à 7 h 27 min
      Permalink

      Oui on peut mettre le lombricomposteur sur un balcon, le tout est qu’il ne soit pas en plein soleil l’été sinon les vers meurent. J’ai eu quelques fuites de vers par le tuyau du bas, celui où s’écoule le jus dans mon seau. Sinon ils ne peuvent pas sortir.

      Répondre
  • 1 mai 2019 à 20 h 27 min
    Permalink

    Bonjour,
    Merci pour votre article très instructif ! Nous voulons aussi nous mettre au compost. J’ai cependant un petit doute, j’hésite entre le City Worms et le Worm café, nous sommes une famille de 4 et les légumes sont la base de notre alimentation, j’ai peur que le city soit vite limité. Qu’en pensez-vous ?
    Bonne soirée
    Marion

    Répondre
    • 4 mai 2019 à 10 h 46 min
      Permalink

      Nous il nous convient, car en plus nous avons des poules à qui nous donnons une partie de nos épluchures également. Du coup le Cityworms a moins d’épluchures. Du coup je pense que pour vous le Worm Café conviendrait mieux car plus grand.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *